Une solitude idéale

une-solitude-idealeDans le Sutta Nipata, nous pouvons lire un discours du Bouddha intitulé « La Corne du Rhinocéros » dans lequel il compare l’unique corne du rhinocéros à la solitude du sage. Le Bouddha fait l’éloge de la solitude et chaque strophe est ponctuée par ce refrain : « Allez en solitaire comme la corne du rhinocéros ».

Il y a deux formes de solitude, celle de l’esprit (citta-viveka) et celle du corps (kaya-viveka). Nous connaissons tous la solitude du corps. Il nous suffit de nous retirer et de nous asseoir dans une pièce ou dans une grotte, ou de dire aux gens avec lesquels nous vivons que nous souhaitons être seuls un moment. En général, les gens aiment ce type de solitude dans la mesure où elle ne dure pas trop longtemps. Si elle se prolonge, c’est souvent parce que l’on n’est pas capable de s’entendre avec les autres ou bien que l’on a peur d’eux par manque d’amour dans le cœur. A ce moment-là apparaît un sentiment d’isolement qui vient nuire à la beauté de la solitude. L’isolement est un état d’esprit négatif dans lequel on se sent privé de compagnie.

Quand on vit en famille ou dans une communauté monastique, il est parfois difficile de trouver un peu de solitude physique, ce n’est même pas toujours recommandé. Mais la solitude physique n’est pas la seule forme de tranquillité qui soit ; la solitude mentale est un élément important dans la pratique.

.Détails de l’eBook

Source : Dhamma de la foret
Traduction:
Thème(s):  viveka
Pages: 13

Télécharger au format:

icon_DOC_65x50 icon_EPUB_65x50 icon_MOBI_65x50 - Copie icon_PDF_65x50