Transcendance

Lorsque le groupe des cinq ascètes abandonna le Bouddha, il considéra cela comme une chance. Il pouvait désormais poursuivre sa pratique plus librement, plus paisiblement que lorsqu’il avait des responsabilités à assumer envers eux. Les ascètes abandonnaient le Bouddha parce qu’ils croyaient qu’il se laissait aller, qu’il relâchait sa pratique. Avant cela, il s’était concentré sur de sévères pratiques d’auto-mortification et d’ascèse pour tout ce qui concernait la nourriture, le sommeil et les autres nécessités corporelles. Pourtant, à un certain moment, considérant tout cela avec beaucoup de lucidité, il dut conclure que ces pratiques ne donnaient tout simplement pas le résultat escompté. Il comprit qu’il était parti d’une vision erronée des choses, que sa pratique était basée sur l’orgueil et l’attachement. Il avait confondu la vérité avec les valeurs du monde et s’était lui-même pris pour la vérité. Se lancer dans des pratiques ascétiques pour être loué, admiré ou vénéré, c’est être « inspiré par le monde ». Pratiquer avec cette intention s’appelle « prendre les vaines valeurs du monde pour la réalité ». Que vous preniez le monde ou vous-même pour la réalité, il s’agit dans les deux cas d’une forme d’attachement aveugle. C’est ce que le Bouddha a perçu. Il a compris que ce n’était pas la bonne manière d’adhérer au  dhamma (la vérité naturelle) ni de trouver la vérité. Il dut constater que sa pratique avait été vaine et qu’il n’était toujours pas libéré de ses impuretés.

.Détails de l’eBook

Source : Dhamma de la foret
Traduction: Jeanne Schut
Thème(s): Dhamma
Pages: 32

Télécharger au format:

icon_DOC_65x50 icon_EPUB_65x50 icon_MOBI_65x50 - Copie icon_PDF_65x50